Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les philosophes en herbe

Les philosophes en herbe

Philosophie fondamentale, à l'usage de ceux qui suivent mes cours.


Spinoza et la liberté

Publié par Pascal Jacob sur 22 Novembre 2021, 10:56am

Spinoza et la liberté

 

Voici comment Spinoza expose à son ami Schuller sa conception de la liberté.

Pour ma part, je dis qu’une chose est libre quand c’est par la seule nécessité de sa nature qu’elle existe et agit, et qu’au contraire elle est contrainte quand elle est déterminée à exister et à opérer par une raison précise et déterminée. Par exemple, même si Dieu existe nécessairement, c’est aussi librement, car il existe par la seule nécessité de sa nature. De la même manière, Dieu se comprend librement lui-même, ainsi qu’absolument tout, parce qu’il suit de la seule nécessité de sa nature de tout comprendre. Donc, comme tu vois, je ne place pas la liberté dans un libre décret, mais dans une libre nécessité. [4]

Mais descendons aux choses créées, qui sont toutes déterminées par des causes extérieures à exister et à opérer de manière précise et déterminée. Pour comprendre cela clairement, concevons une chose très simple. Une pierre, par exemple, reçoit une quantité précise de mouvement d’une cause extérieure, qui lui donne l’impulsion. Par la suite, l’impulsion de la cause extérieure ayant cessé, la pierre poursuivra nécessairement son mouvement. Le fait que la pierre reste en mouvement est donc contraint, non parce qu’il est nécessaire, mais parce qu’il doit se définir par l’impulsion de la cause extérieure.

Et ce qui vaut ici pour la pierre, il faut le comprendre pour n’importe quelle chose singulière, même si on la conçoit comme composée et apte à un grand nombre de choses. Oui, car chaque chose est nécessairement déterminée par une certaine cause extérieure à exister et à opérer de manière précise et déterminée. [5]

Ensuite, conçois à présent, si tu le veux bien, que la pierre pense, tandis qu’elle poursuit son mouvement. Elle sait qu’elle s’efforce, autant qu’il est en elle, de poursuivre son mouvement. Eh bien, dans la mesure où elle n’est consciente que de son effort et qu’elle est tout sauf indifférente, cette pierre croira être parfaitement libre et persévérer dans son mouvement sans nulle autre cause que parce qu’elle le veut.

Et voilà cette fameuse liberté humaine que tous se vantent d’avoir ! Elle consiste uniquement dans le fait que les hommes sont conscients de leurs appétits et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés.

C’est ainsi que le bébé croit librement appéter le lait, que l’enfant en colère croit vouloir la vengeance, et le peureux, la fuite. Et puis l’homme ivre croit que c’est par un libre décret de l’esprit qu’il dit des choses qu’il voudrait avoir tues, une fois dégrisé. C’est ainsi que le fou, le bavard et beaucoup d’autres de cette farine croient qu’ils agissent par un libre décret de l’esprit, et non qu’ils sont emportés par une impulsion ! Parce que ce préjugé est inné chez tous les hommes, ils ne s’en libèrent pas si facilement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents